Tomoko MAEZAWA

Artiste accueilli en résidence de juillet à septembre 2000 dans le cadre des « Gascogne Japanese art Scolarships ». Elle est née en 1972 à Nagano.

Découvrez mon travail

J’ai déposé plusieurs objets un peu partout dans Monflanquin . Cherchez-les.
Prenez des photos de ce que vous croyez être mon travail. Après le vernissage, je montrerai ces photos lors d’une exposition à Tokyo, au Japon.
Je vais aussi sélectionner plusieurs de ces photos pour en faire des cartes postales.
Enfin, ramenez s’il vous plaît les appareils photos sur la table.

 

 Quelques précisions sur mon travail

À travers mon travail de création, j’essaye d’examiner les frontières exactes entre le conscient et l’inconscient, au moment précis de la découverte d’un objet ou d’un lieu.
Je choisis cette frontière à un moment aussi commun et neutre que possible et je le rends manifeste en le transformant en évènement. En partant de ce concept, j’ai commencé mon travail en prenant connaissance des évènements omniprésents de par le monde. Par « de par le monde »j’entends tous les endroits, qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur, dans les villes ou dans les contrées sauvages, ou même visibles ou non qui définissent la Terre comme un seul champ d’action.
Je pense toute chose comme faisant partie de ce champ. Mon travail veut faire apparaître les évènements mis en évidence par ce champ. Mon dessein final étant de renverser / reconstruire l’acte d’appréhension de la compréhension de sa propre passivité. Ce travail se développe à partir d’un ensemble de processus qui consistent pour l’artiste à installer des objets, ou parfois de simples « suggestions », dans divers endroits du village et pour les spectateurs à prendre des photos de paysages, d’évènements qu’ils pensent être des éléments du travail.
Les clichés pris par les spectateurs, traités en diapositives couleurs, sont réutilisés par l’artiste. Ce travail est dès le début concrétisé par chaque spectateur, à travers l’alternance des rôles et d’appréciation des clichés d’exposition ou de vues liées au regard. En d’autres termes, c’est une vérification d’une seule reconnaissance contre une autre qui existe déjà à travers l’action du regard.

Tomoko MAEZAWA

Tomoko MAEZAWA
Catalogue 12 pages + couverture – 16 x 21 cm
35 photographies
Texte T. Maezawa / Pollen