Satoko MASUDA

Artiste accueilli en résidence à Monflanquin durant l’été 1991.
Né en 1961 à Hitachi, Ibaraki

Fresques ornementales, figures emblématiques accrochées aux murs, tableaux faits d’une géométrie déconcertante et précise, les toiles de Satoko MASUDA ne s’annoncent pas, elles surgissent, vivantes, intelligibles. Témoins et héritières d’histoires et de traditions, à la croisée de synthèses fécondes, ses peintures, signifiantes d’un art contemporain en perpétuel devenir, ne s’attachent pas seulement à nous dire les origines, bien plus encore elles nous délivrent un monde de sensations perdues, présentes ou futures.
Ne nous étonnons donc pas de cette manière puissante et savante de modeler la forme entre chute et équilibre qui, plus que transformer l’espace, le transcende jusqu’à cet état abstrait et mirifique d’apesanteur où temps, matière, mémoire se cristallisent et se dissolvent à la fois.
Ne nous étonnons pas non plus de cette prodigieuse vivacité chromatique qui amplifie, régule, nuance et finit par maintenir l’inexorable glissement des découpages modulaires dans un instant de fixité absolue qui échappe à l’entendement.
Étonnons-nous plutôt de ces subtils décrochements, de ces ruptures ingénieusement aménagées entre planéité et spatialité, entre fluidité et stabilité, entre mémoire des autres et dépassement de soi ; concentrons notre regard sur ces contrastes rehaussés d’une affleurante profondeur. Naît alors, comme une palpitation divine, cette tension extrême et intuitive qui, telle l’oscillation du grain à l’onde, engendre toute la poétique de l’oeuvre ; lui donne la forme de durer.
Nourrie d’une riche symbolique et d’un pouvoir évocateur immense, la peinture de Satoko MASUDA nous transporte d’un passé où la fumée s’élevait des jardins en minces rubans à un avenir cosmique ouvert sur l’infini.

Philippe Taillandier