Rosario MINEO

Artiste accueilli en résidence en été 1991.

Une singulière intuition

L’aventure picturale de Rosario MINEO se joue dans un étrange voisinage entre construction et éboulis. Cette résistance rocailleuse des espaces et des couleurs donne vie à la fragilité souveraine d’un cosmos sans cesse menacé par le retour du chaos. Une succession de sédimentations de gestes et de matières où s’incorpore la dimension du temps débusque, transforme et transgresse des souvenirs atmosphériques et telluriques. La cohérence plurielle et mobile qui organise ses territoires rugueux repliés sur leur énigme, ses empreintes, ses fêlures et ses crevasses inscrites comme des blessures nécessaires découle d’une profonde maîtrise des hiérarchies et des échanges, des concentrations et des déflagrations. Cette peinture ne peut pourtant pas se réduire à des résonances de modifications géologiques. Elle est d’abord faite de surgissements et d’impulsions. Elle se dilate et se contracte à la façon d’un coeur qui éclaterait en désirs imprévisibles et en surprises organiques. La force authentique de ces turbulences la déchire et la traverse comme la lumière troue les ténèbres et exacerbe le sens et la portée de sa surface chargée d’accidents et de lourdes aspérités. Rosario MINEO engage notre regard dans la complexité et la richesse d’une peinture nourrie par le corps à corps originel de la “mise en forme” de l’univers et par le suc dionysiaque des incandescences et des vibrations arrachées à l’ombre intérieure. Il nous confronte à une expérience poétique conduite au coeur aveugle et froid du chaos primitif par une singulière intuition des équilibres et des échos, des béances et des émergences. 

Didier Arnaudet